Le 346e cachet à collyres

Envoyer Imprimer

Le 346e cachet à collyres


Muriel Labonnelie, chercheur en histoire de la médecine gréco-romaine au Laboratoire d'Archéologie Moléculaire et Structurale, nous fait découvrir son travail sur les cachets à collyres (souvent appelés cachets d'oculistes). Suite à la découverte d'un 346e spécimen, lors d'une fouille préventive, dans un dépotoir utilisé au IVe siècle à Lyon, le chercheur retrace l'histoire de cet artefact et nous explique son rôle et ses caractéristiques dans l'Antiquité gréco-romaine. Les collyres se présentaient sous forme de « petits pains » solides : on dissolvait une petite portion de ces « petits pains » au moment de les administrer. Les cachets à collyres présentent des inscriptions gravées en caractères rétrogrades sur leurs petites faces : ils servaient à estampiller les remèdes.
Voir la vidéo sur le site du CNRS.

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification