Séminaire "Antiquité au Présent" Université Paris-Diderot

Envoyer Imprimer

 

Séminaire "Antiquité au Présent" (Université Paris-Diderot)

 Équipe "Théorie littéraire et sciences humaines"

Groupe de recherches "Antiquité au présent" (Paris 7 – EHESS)


Programme pour 2007-2008 :

"Le sujet poétique qui se dit et qui agit : fictions énonciatives et pragmatique rituelle"

Ce séminaire est ouvert à tous les chercheurs, enseignants, étudiants, doctorants intéressés.

 


Qu’elles appartiennent à des cultures éloignées dans le temps ou à des cultures situées à bonne distance de l’espace occidental, les manifestations poétiques et discursives ritualisées s’offrent à nous d’abord en tant que textes. Mais tout en portant les traces plus ou moins explicites de leur mise en discours et de leurs conditions d’énonciation premières, ces textes offrent aussi des représentations d’eux-mêmes. Les voix et stratégies énonciatives contribuent en particulier à cette poétique pratique, intégrée à toute forme de discours destinée à une «performance».

Dans différents genres poétiques, dans les développements historiques d’une même tradition poétique, et de manière comparative entre la culture gréco-romaine et d’autres cultures exotiques, il s’agit d’étudier différentes postures et stratégies énonciatives pour des manifestations discursives marquées par la forte présence d'un je (/nous), voire d’un tu (/vous). Par le biais de ces indices linguistiques et énonciatifs, on s’intéressera successivement à la construction discursive de l'éthos du locuteur (et de l’interlocuteur), à l’épaisseur sémantique de ces figures énonciatives, à l’identité poétique résultant des procédures d’énonciation (en relation avec la «fonction-auteur» et l’auteur biographique), à la diffraction de la voix de l’auteur dans les formes poétiques dramatiques et théâtrales, au rôle pragmatique et institutionnel de ces figures et stratégies énonciatives entre effet esthétique et socialisation par la ritualisation. Un tel questionnement conduit aux règles de genre, partagées entre régularités langagières et attente esthétique et sociale ; il invite à s’interroger sur la compétence générique de l'auteur et sur la réception générique par son public ; il implique l’étude de la formation et de l’institution de traditions poétiques dans l’énonciation.

Envisagée dans une perspective de comparaison des postures énonciatives entre plusieurs genres poétiques dans différentes cultures, une telle confrontation devrait conduire à ouvrir une perspective anthropologique sur la consistance de l’individu en tant que sujet de discours au sein de différentes institutions poétiques et littéraires, par l’intermédiaire de formes discursives destinées à la performance, dans un  cadre ritualisé.
 
Mardi 14 h-16 h
Université Denis Diderot – Paris 7
Les Grands Moulins (Mo Bibliohtèque, ligne 14)
Bât. C, salle 779C (7e étage)
 
Le programme détaillé du séminaire est accessible  dans la section "Actualités" > "Evénements".
 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification