Cahiers Mondes Anciens 2 | 2011

Envoyer Imprimer

Cahiers Mondes Anciens 2 | 2011

 

Journées doctorales ANHIMA 2008 et 2009

La qualité de l'intégration des doctorants dans la vie scientifique d'une unité de recherche offre un double avantage : elle ouvre rapidement les étudiants à la sensibilité, aux méthodes, aux interrogations de la recherche ; elle fait bénéficier en retour l'unité des questions et perspectives renouvelées que les jeunes chercheurs lui apportent. Quand, de surcroît, les doctorants appartiennent à trois équipes de recherche qui ont entrepris de se rapprocher, il est évident que cette intégration des plus jeunes est aussi un moyen de favoriser chez eux l'émergence de l'esprit d'unité qui doit irriguer la future équipe.

C'est dans cette perspective qu'ont été lancées, en 2008, les journées doctorales communes au Centre Louis Gernet, recherches comparées sur les sociétés anciennes (ex-UMR 8567, CNRS/EHESS), au Centre Gustave Glotz, recherches sur les mondes hellénistique et romain (ex-UMR 8585, CNRS / Université Paris I Panthéon-Sorbonne / Université Paris Sorbonne/EPHE) et à l'équipe d'accueil Phéacie, pratiques culturelles dans les mondes grec et romain (ex-EA 2563, Université Paris I Panthéon-Sorbonne / Université Paris Diderot-Paris 7), tous trois engagés dans le processus de rapprochement qui allait déboucher sur leur fusion, en janvier 2010, au sein de la nouvelle unité ANHIMA. L'initiative, qui venait compléter un séminaire des doctorants déjà en place, vint très largement des étudiants eux-mêmes. L'organisation, les thèmes, les programmes, les invitations adressées à des chercheurs confirmés pour conclure le journée, la collecte des textes et la préparation d'une publication, tout le processus est entre les mains des doctorant(e)s responsables de chaque journée.
Les Cahiers « Mondes Anciens » ont paru offrir le lieu opportun pour publier les deux premières de ces journées qui ont été autant d'étapes dans le rapprochement entre les doctorants des trois équipes et dans l'évolution de leurs travaux. Assurément, les conditions se sont modifiées depuis lors : plusieurs de ces étudiants ont soutenu leur thèse, certain(e)s ont acquis une situation dans l'enseignement supérieur ou la recherche. Ces succès, loin de priver ces premiers travaux d'intérêt, soulignent au contraire le bien fondé de la démarche qui leur a donné naissance.

François de Polignac

Regards sur les religions grecque et romaine

Raphaëlle Laignoux
Introduction
Despina Chatzivasiliou
Structuration de l'espace en Attique archaïque : exemples d'urbanisation – problèmes de méthode
Sébastien Dalmon
Les Nymphes dans les rites du mariage
Gaëlle Deschodt
Images et mariage, une question de méthode : le geste d'anakalypsis
Yann Berthelet
Le rôle des pontifes dans l'expiation des prodiges à Rome, sous la République : le cas des "procurations" anonymes
Antoine Gailliot
La place de l'editor dans la procession des jeux
Raphaëlle Laignoux
L'utilisation de la religion dans la légitimation du pouvoir : quelques pistes de recherche pour les années 44-42 av. J.-C.
Louise Bruit
Conclusions

Le monde colonial grec et romain, entre héritage et identité locale

Caroline Blonce et Madalina Dana
Introduction
Adrian Robu
Les fondations mégariennes de Sicile : origine des colons et appropriation du territoire
Caroline Hoerni
Place et représentation des femmes dans les structures civiques des provinces de l'Empire
L'exemple des cités romaines et romanisées de l'Afrique sous les Sévères
Julie Delamard
La mort en partage ?
Sarcophages et identités dans les colonies grecques de Sicile archaïque
Anne-Rose Hošek
Contrôler un territoire, contrôler un sanctuaire : aspects religieux de la fondation de Berytus
Madalina Dana
Le renouveau identitaire des colonies grecques à l'époque impériale : Ioniens et Doriens dans le Pont-Euxin
Susana Marcos
Espaces et identité : les colonies lusitaniennes du conventus emeritensis
Alexandru Avram
Conclusion

 

Source : ANHIMA

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification