LATOMUS Newsletter 2012-1

Envoyer Imprimer

Newsletter Latomus 2012-1

 

Mesdames, Messieurs, chères et chers collègues,

C'est avec un grand plaisir que nous vous faisons parvenir le premier volet de notre nouvelle Newsletter qui est destinée à vous informer de manière semestrielle des activités et publications de LATOMUS (Société d'Études Latines de Bruxelles).

Tout d'abord, nous prenons la liberté de vous présenter notre nouveau site web. Vous y trouverez, outre les informations habituelles concernant notre institution, notre revue et notre collection, une vaste banque de données électroniques, vous permettant d'avoir accès direct aux quelque 5000 articles et monographies concernant le monde romain publiés chez LATOMUS depuis sa fondation en 1937 :

www.latomus.be

De plus, nous tenons à rappeler à votre attention notre revue LATOMUS. Revue d'Études Latines. Celle-ci est consacrée à l'étude du monde romain dans toutes ses facettes et publie, en quatre fascicules par année et sur plus de 1200 pages en six langues (français, anglais, allemand, espagnol, italien, latin), environ 50 articles et 400 comptes rendus. L'abonnement s'élève toujours à 82€ seulement pour la Belgique (hors TVA et frais postaux) et 99€ pour l'étranger (hors frais postaux); les enseignants et membres d'associations scientifiques bénéficient en outre d'une réduction de 20 %. Comme petit échantillon de la gamme scientifique de notre revue, vous trouverez ci-dessous la table des matières de notre dernier fascicule trimestriel (t. 70, fasc. 4, oct.-déc. 2011):


Articles: Y. LE BOHEC, De Nantes à Munich et de l'archéologie à l'épigraphie: questions de méthodologie: p. 945-954, A. SEVILLA CONDE, Non-Conventional Burials in Roman Hispania: Magic and Ritual in the Roman Funerary World: p. 955-976, É. ÉVRARD, Polybe et Tite-Live, à propos d'Antiochus IV: p. 977-982, A. BREITENBACH, Huic uni domino usque seruiamus. Soziale und hierarchische Strukturen bei Catull: p. 983-999, F. PONTANI, Sogni, missioni e profezie: su Aen. VIII, 18-41: p. 1000-1012, D. PORTE, Le "Porteur de Trophée": une lecture octavienne de Properce, Élég. IV, 6 & 10: p. 1013-1027, A. FRAISSE, La lèpre dans les textes médicaux latins: p. 1028-1046, R. EDWARDS, Tacitus, Tiberius and Capri: p. 1047-1057, D. PRAET, K. DEMOEN et W. GYSELINCK, Domitian and Pentheus, Apollonius and Dionysos. Echoes of Homer and of Euripides' Bacchae in Philostratus' Vita Apollonii: p. 1058-1067, Y. BURNAND et P. VIPARD, Hadrien et la cité des Leuques: p. 1068-1080, E. LIPINSKI, Elaha Gabal d'Émèse dans son contexte historique: p. 1081-1101, M. Th. KRETSCHMER, Bourgueil, la nouvelle Athènes (ou Troie), et Reims, la nouvelle Rome. La notion de translatio studii chez Baudri de Bourgueil: p. 1102-1116. Notes de Lecture: G. SCAFOGLIO, Ancora sul deus ducens di Aen. II, 632 (Note de lecture 449): p. 1117, N. ADKIN, Etymology and the Shield of Turnus (Note de lecture 450): p. 1118-1119, M. VANNESSE, Les inscriptions militaires tardives de Iulia Concordia: un nouveau décompte (Note de lecture 451): p. 1119-1121. Comptes-rendus: 1122-1271. Notices bibliographiques: 1172-1241.

David Engels, directeur général et rédacteur en chef

BP - 54
1170 Bruxelles
BELGIUM
www.latomus.be
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

_____


Collection LATOMUS – Nouvelles parutions 2011
(Commandes et abonnements sous: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

GALTIER, Fabrice, L'image tragique de l'Histoire chez Tacite. Étude des schèmes tragiques dans les Histoires et les Annales.
Bruxelles, Collection Latomus 333, 2011, 344p., ISBN: 978-2-87031-274-2.
53.00€

Loin de correspondre à une simple convention esthétique, la forme tragique qu'adopte Tacite dans les Histoires et les Annales peut être considérée comme intimement liée à une conception du réel qui trouve son expression concrète à travers un processus de création dont elle est la source.
Cette forme tragique doit cependant être définie, non comme la simple transposition, dans le cadre narratif, de codes immédiatement empruntés aux œuvres théâtrales, mais comme une combinatoire de schèmes qui informent la narration dans le sens de la dramatisation et du pathétique, en lien avec un imaginaire culturel nourri par la tragédie. L'historien romain y recourt d'autant plus aisément que, se référant à une théâtralité d'ordre socio-politique, il entend dévoiler le jeu de personnages pris au piège de conflits qui les dépassent. Ce faisant, il révèle les ressorts cachés d'une violence dont la représentation confère aux deux œuvres leur pleine signification tragique.


RAMBAUX, Claude, La genèse du judaïsme et du christianisme. Les faits et les problèmes dans leur contexte historique.
Bruxelles, Collection Latomus 332, 2011, 450p., ISBN: 978-2-87031-273-5.
72.00€

Depuis l'époque des patriarches, chacune des valeurs qui ont été adoptées successivement dans la religion d'Israël était connue antérieurement d'un ou de plusieurs des peuples voisins. Au début du Ier siècle, dans un monde juif d'une grande diversité, Jésus, prophète comme Moïse selon Pierre et Etienne (Act. 3,22 ; 7,37), a centré les exigences divines sur l'amour miséricordieux et secourable pour tous, y compris les plus démunis (Marc. 12,28-31 ; Matth. 25,31-46), les pêcheurs (Luc, 15,1-32), les ennemis (Matth. 5,44), jusqu'à sacrifier sa vie pour eux (Jean,10,11). Après l'échec de la révolte contre Rome, le judaïsme se définit autour du courant le moins affaibli, celui des pharisiens, refusant toute dénationalisation des croyances du « peuple élu », tout abandon des observances. Le christianisme, soucieux d'universalité, se modifia considérablement du Ier siècle aux grands conciles des IVe et Ve siècles La Grande Eglise présenta Jésus comme un bouc émissaire mort en rançon pour l'humanité et éleva son statut jusqu'à en faire Dieu le Fils égal à Dieu le Père ; mais elle donna de moins en moins de place aux exigences de l'amour dont il avait fait la pierre de touche de la foi, et mit de plus en avant les préoccupations, valeurs et méthodes qu'il avait contestées (chez les sadducéens, les esséniens, les zélotes) ou qu'il n'avait nullement encouragées : les rites, l'ascétisme, le mysticisme, les élaborations théologiques, le recours à la violence contre les récalcitrants. Elle se faisait « toute à tous » en donnant satisfaction aux aspirations de nombreux païens, sans craindre de se convertir à leurs valeurs et à leurs pratiques au lieu de les convertir réellement aux exigences de Jésus, sans craindre non plus de se couper des grandes civilisations autres que la gréco-romaine.


DEROUX, Carl (éd.), Corolla Epigraphica. Hommages au professeur Yves Burnand. Édités par C. Deroux.
2 vols., Bruxelles, Collection Latomus 331, 2011, 743p., ISBN: 978-2-87031-272-8.
115.00€ (pour les 2 volumes)

Pars prima. De inscriptionibus ad Galliam pertinentibus: Fr. Bérard, Nouvelles données sur le légat d'Allonnes – p. 1, D. Billoin, Les inscriptions du sanctuaire gallo-romain des « Petites Bussières » à Saint-Vit (Doubs) – p. 13, Fl. Blanchard, Autour des inscriptions de Hermes-Ratumagus : occupation humaine et organisation cultuelle d'un vicus bellovaque à l'époque romaine – p. 25, J.-N. Castorio, Les épitaphes de la cité des Leuques : répartition, supports, structure et datation – p. 56, M. Christol, La formation d'une élite municipale : l'originalité de la cité de Nîmes – p. 76, A. Daubigney, L'identité celtique dans la population et l'onomastique séquanes – p. 88, H. Desaye, Les I longs dans les inscriptions antiques de la moyenne vallée du Rhône (cités d'Alba, de Valence, de Die, des Tricastins) – p. 99, L. Engelbert, Lugdunenses extra Lugdunum – p. 108, P. Fetet, Les inscriptions du sanctuaire de « La Pille » à Vioménil (Vosges) – p. 128, R. Frei-Stoba, Réflexions sur les relations entre le vicus de Genaua et la colonia Iulia Equestris – p. 135, M. Georges-Leroy, Une seconde dédicace du centurion G. Appius Capito découverte dans le bois communal de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) – p. 148, P.-Y. Lambert, Sur le bilinguisme à la Graufesenque : examen d'une analyse proposée par James N. Adams – p. 157, L. Lamoine, Le Génie arverne – p. 174, H. Lavagne, Il faut sauver le brasseur de cervoise de Metz (CIL, XIII, 597*) – p. 188, Cl. Lefebvre, À propos du milliaire de Mirabel (Ardèche) : un tracé aberrant ? – p. 200, Y. Maligorne, Les dédicaces de Bourbonne-les-Bains et leur contexte monumental : quelques observations sur un complexe public de la ciuitas des Lingons – p. 214, G. Moitrieux, Un nouveau vicus vénète honore Jupiter – p. 232, J.-M. Pailler, Des *Neddamas aux Proxsumae. Les Toutes Proches et le chant de l'eau dans le sud et le nord-est de la Gaule – p. 254, A. Pelletier, Un nouveau Viennois installé dans la capitale des Gaules – p. 269, J.-P. Petit, Les estampilles sur céramique sigillée des quartiers artisanaux de Bliesbruck (Moselle) – p. 274, B. Rémy, Les dieux et les hommes à Mons Seleucus / La Bâtie-Montsaléon (Hautes-Alpes), station routière et agglomération urbaine de la cité des Voconces septentrionaux – p. 301, H. Solin, Orange et Rome : un nouveau témoignage – p. 318, R. Turcan, Deuotio publica : à propos de CIL, XII, 1524 – p. 323, P. Vipard, Un pilier honorifique de Lillebonne (Seine-Maritime, France) dédié au César Carin – p. 330.

Pars altera. De inscriptionibus ad imperii Romani partes alias pertinentibus: Fr. Bertrandy, Familles de Thubursicu Numidarum (Afrique proconsulaire) aux deux premiers siècles de l'Empire romain – p. 353, M. Bile, La présence romaine en Crète : témoignages épigraphiques – p. 365, G. Camodeca, Nuove dediche imperiali dal collegio degli Augustales di Miseno per Domizianoe per Elagabalo – p. 374, G. Camodeca et M. Cébeillac Gervasoni, Une énigmatique inscription inédite de Cumes – p. 392, C. Castillo, Una enigmática inscripción africana (CIL, VIII, 7070 = 19428) – p. 401, M. Debidour, Un groupe stylistique de timbres amphoriques récents à Thasos : le « groupe à la feuille de lierre » – p. 406, P. Defosse, Brève note d'épigraphie étrusque à propos d'une fouille qui eut lieu en 1843 à Pérouse (nécropole du Palazzone) – p. 421, C. Deroux, À propos de deux inscriptions de la « Domus Trimalchionis » (Pétrone, Sat. 28, 7 et 29, 1) – p. 427, X. Dupuis, De la Bétique à l'Afrique : les curies électorales à la lumière du nouveau fragment de la loi d'Urso – p. 449, J. d'Encarnaçáo, Primores dans l'épigraphie romaine de l'Occident hispanique – p. 462, D. Engels, Zur Bedeutung der Inschriften im Geschichtswerk des Dionysius von Halikarnassos – p. 470, N. Ferchiou, Dédicace d'un temple consacré aux Cereresi (environs de Seressi, Tunisie) – p. 490, P. Goukowsky, Pompée et les peuples de bout du Monde – p. 500, M. Gr. Granino Cecere, Ti. Teltonius Marcellus da Lambaesis a tibur – p. 519, J.-M. Lassère, Onomastica Africana XXI. L'onomastique des citoyens des municipes africains – p. 526, Y. Le Bohec, La tribu de Carthage et C. Marius, C. f., Arnensis, Extricatus – p. 537, G. Manganaro, La syggeneia dei Centuripini e dei Lanuvini, il lemma di Fabio Pittore a Tauromenion e il fr. 23 Morel del Bellum Poenicum di Nevio – p. 549, J.-P. Martin, À propos de la participation des impératrices à l'expression religieuse monétaire (Sabine et les deux Faustines) – p. 562, P. Morizot, De Mommsen à Google Earth© : les avatars de l'inscription d'El Agueneb (CIL, VIII, 21567) – p. 572, G. Paci, Una nuova dedica dei pueri alimentari di Cupra Montana – p. 589, Y. Perrin, La Domus Aurea sur l'Esquilin : l'apport des estampilles sur briques à la chronologie des vestiges – p. 602, M. Reali, Amicus e hospes in un'iscrizione milanese : note a CIL, V, 5693 – p. 612, M. Reddé, Tetrastylum fecit et aquilam argenteam posuit – p. 621, O. Richier, L'autel romain de l'enfant Succesus – p. 630, D. B. Saddington, Culture Shock — What did Auxiliaries Face on Entering the Roman Army ? – p. 638, A. Sartori, Mediolanenses suburbani boni viri – p. 647, P. Simelon, L'édit de Caracalla et les provinces germaniques – p. 659, E. Soler, Les initiations de l'aristocratie sénatoriale païenne de Rome, au IVe siècle, d'après les inscriptions – p. 671, M. Tarpin, Inscriptions républicaines et triomphe : rituel et obligations sociales – p. 683, M. Vannesse, De l'Oronte au Pô : étude d'une communauté de Syriens d'Apamène en Italie du Nord – p. 700, Fr. Youinou, La vie, la mort et l'au-delà dans les épitaphes de la garde rapprochée de l'empereur romain (prétoriens, protectores, domestici et scholes palatines) – p. 719, M. Vannesse, Index nominum propriorum et rerum praecipua mentione dignorum – p. 735, Conspectus materiarum – p. 741


HAMDOUNE, Christine, Vie, mort et poésie dans l'Afrique romaine d'après un choix de Carmina Latina Epigraphica.
(coauteurs: L. Échalier, J. Meyers, J.-N. Michaud)
Bruxelles, Collection Latomus 330, 2011, 379p., ISBN: 078-2-87031-271-1.
80.00€

Parmi les textes antiques, les poèmes épigraphiques ont longtemps été négligés par les littéraires qui les considéraient comme des textes de piètre qualité mais aussi par les historiens rebutés par les difficultés de traduction. Leur étude est cependant en plein renouveau et le Groupe de Recherches sur l'Afrique Antique de l'Université Montpellier III, composé de latinistes et d'historiens a rassemblé dans cet ouvrage une grande partie des carmina funéraires des provinces africaines : il présente une édition critique, une traduction, une étude de la métrique, une traduction et un commentaire de chacun des 174 textes réunis, en suivant un ordre géographique (d'Est en Ouest) et pour chaque site, une succession chronologique. Le volume est complété par une série d'études qui regroupe les communications du colloque, Vie, mort et poésie dans l'Afrique romaine, organisé autour de ce travail. Ce parti pris fait ressortir la grande diffusion d'un genre littéraire très apprécié des catégories sociales n'appartenant pas aux ordres privilégiés de la société romaine. Bien que certains textes soient maladroits ou stéréotypés, d'autres sont en tous points remarquables. Cette étude montre donc la très large diffusion, dans ces milieux, de la culture classique qui continue d'imprégner la poésie funéraire dans l'Antiquité tardive.


NADEAU, Yvan, A Commentary on the Sixth Satire of Juvenal.
Bruxelles, Collection Latomus 329, 2011, 473p., ISBN: 978-2-87031-270-4.
68.00€

Le commentaire présente une lecture serrée du texte. Il retrace le fil qui relie les épisodes les uns aux autres. Il est ainsi démontré, chemin faisant, qu'en deux endroits des séquences importantes de vers sont interverties dans la vulgate, un de ces endroits comprenant les vers du “fragment d'Oxford”. Les leçons discordantes des manuscrits sont confrontées et autant que possible résolues. Un texte de la satire est proposé, qui résulte de ces examens textuels. Le commentaire identifie les “intertextes” qui donnent son chatoiement au tissu de la satire. Il examine séparément les voix du moraliste et de l'humoriste, et révèle chez l'auteur les traces d'un accent anti-Césarien.
The commentary offers a close reading of the satire. It traces the connecting thread through the various episodes. This exercise shows that in two places blocks of lines have been displaced in the vulgate tradition, one of them in the proximity of the “Oxford fragment”. Differences between the readings of manuscripts are confronted and, where possible, resolved. A text resulting from these textual discussions is printed. The commentary analyses the intertextual references that are threaded through the text. It separates out the voice of the moralist from that of the humorist, and identifies the author's voice as mockingly anti-Caesarean.

 

Source : Latomus

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification