Laboratoire ERAMA, Les Mises en scène de l'autorité dans l'Antiquité

Lundi, 15 Février 2016 18:18 Bonnan-Garçon Camille
Imprimer

couverture.jpg

Laboratoire ERAMA (éd.), Les Mises en scène de l'autorité dans l'Antiquité, Nancy, 2015.

Éditeur : De Boccard
Collection : ADRA
370 pages (+ 5 planches)
ISBN : 978-2-913667-44-0
27 €

Le concept d'autorité, que le laboratoire junior ERAMA ( (Expressions et Représentations de l'Autorité dans les Mondes Anciens) s'est efforcé de définir tout au long de son projet de recherche, est l'objet d'un système de représentation et se met en scène selon des modes divers. Souvent codifiées, ces mises en scène représentent un élément indissociable de l'existence même de l'autorité. Celle-ci devient en partie effective par la visibilité de ses représentations et manifestations. La première partie du colloque des 20-22 novembre 2013 du laboratoire junior ERAMA a consisté à montrer la conception qu'une autorité a d'elle-même,et les différentes formes sous lesquelles celle-ci se présente selon l'image qu'elle souhaite renvoyer. À cet effet, ont été étudiés les processus d'investiture et de légitimation de l'autorité, ainsi que, plus précisément, les gestes, pratiques, mais aussi les attributs vraiment matériels de l'autorité, en se penchant sur l'utilité, mais aussi la symbolique des objets employés lors de ces cérémonies. Enfin, par un changement de point de vue, on a considéré la manière dont l'autorité est mise en scène ou représentée par les autres entités. Mais, en sus de l'investiture et de la mise en scène immédiate de l'autorité, on s'est interrogé sur la manière dont cette autorité s'est inscrite dans le temps, au-delà du hic et nunc, mais aussi dans l'espace. Quels modes de diffusion sont utilisés pour établir, affirmer, maintenir et inscrire une autorité dans l'Histoire? Les moyens et les manifestations sont multiples : le nom, les choix architecturaux, etc. Mais aussi de manière plus dynamique, à travers des échanges et notamment la circulation des monnaies, vecteur privilégié de la propagation d'une autorité centralisée. Le choix d'une telle problématique a par ailleurs permis de conjuguer un éventail élargi de sources et par là de spécialités, chose indispensable dans le laboratoire ERAMA, par essence interdisciplinaire : archéologie, numismatique, sources purement littéraires, épigraphie, paléographie. Le champ chronologique choisi a également été vaste, de la IVe dynastie, en Égypte ancienne (2543-2436 avant notre ère) aux débuts du Moyen-âge.

 

Source : hiscant.univ-lorraine.fr