J. France, Finances publiques, intérêts privés dans le monde romain

Envoyer Imprimer

9782356131812.jpg

Jérôme France, Finances publiques, intérêts privés dans le monde romain, Bordeaux, 2017.

Éditeur : Ausonius Éditions
Collection : Scripta antiqua
648 pages
ISBN : 9782356131812
30 €

Cet ouvrage rassemble plus de vingt articles écrits par un spécialiste de la fiscalité romaine, auxquels s'ajoute le texte inédit de son mémoire d'habilitation consacré aux personnels de l'administration financière de l'empire romain. S'adressant à tous ceux qu'intéresse l'histoire de cette construction hégémonique qu'on a souvent présentée comme un modèle de rapacité, ce recueil n'offre pas seulement une immersion dans le monde peu populaire des publicains et des percepteurs d'impôt. En s'efforçant de dépasser les clichés hérités des Anciens eux-mêmes, il propose un regard approfondi et nuancé sur des domaines variés où se croisaient à la fois la sphère des prélèvements d'État et la structure ramifiée de leur appareil de gestion, les partenaires privés, qui profitaient des opportunités offertes par l'affermage des revenus publics, et l'ensemble des populations provinciales, enfin, que le pouvoir romain soumettait à sa demande fiscale tout en présentant le paiement régulier de l'impôt comme la condition de la sécurité qu'il leur garantissait en retour – et qui n'était autre que la fameuse “paix romaine”. Au fond, une question traverse ces pages : l'administration romaine n'était-elle qu'une entreprise sophistiquée de racket impérial ou bien concourait-elle à une forme originale d'association du centre et des périphéries ?


This book brings together more than twenty articles by a specialist on Roman taxation, plus his post-doctoral dissertation on the staffing of the Roman Empire's financial administration. For everyone interested in the history of this hegemonic construction, which has often been presented as a model of rapaciousness, this collection provides more than just a plunge into the unpopular world of publicans and tax collectors. In attempting to go beyond the clichés passed down by the Ancients themselves, it proposes an in-depth and nuanced view of varied domains in which the sphere of state levies and the ramified structure of the inspection apparatus intersected with private partners, who made the most of opportunities arising from the farming out of public revenue collection, and all of the provincial populations, which Roman rule subjected to its fiscal pressure while presenting the regular payment of taxes as the precondition for the security it ensured in return – and which was nothing other than the celebrated pax romana. A fundamental question runs through these pages: Was the Roman administration just sophisticated imperial racketeering or did it contribute to an original form of association between the core and the peripheries?

 

 

Avant-propos : p. 11


Portoria
De Burmann à Finley : les douanes dans l'histoire économique de l'Empire romain : p. 19
Une statio du quarantième des Gaules et les opérations commerciales dans le port romain de Marseille (avec A. Hesnard) : p. 41
Les revenus douaniers des communautés municipales dans le monde romain (République et Haut-Empire) : p. 59
La ferme des douanes dans les provinces occidentales de l'Empire romain : p. 71
La station du quarantième des Gaules à Lugdunum des Convènes (Saint-Bertrand-de-Comminges) : p. 87
Les stations du quarantième des Gaules dans les Alpes occidentales, manifestations du pouvoir : p. 101
Normes douanières et réglementation des échanges,trois questions simples sur le tarif de Zaraï (Numidie) : p. 111

Officia
Un dispensator
[f(isci) k(astrensis)?] des trois Augustes dans le port romain de Toulon (Telo Martius) : p. 135
Le personnel subalterne de l'administration financière et fiscale dans les provinces des Gaules et des Germanies : p. 141
Le personnel subalterne de l'administration financière et fiscale de l'Empire romain.Essai de catalogue d'après les sources épigraphiques : p. 165
Introduction : p. 165
Le cadre de l'étude et l'établissement du catalogue : p. 166
Les esclaves et les affranchis impériaux dans l'administration financière et fiscale : p. 185
L'organisation et le fonctionnement des services de l'administration financière et fiscale : p. 220
Conclusions : p. 242

Catalogue
Rome et environs : p. 245
Italie, Sardaigne, Sicile : p. 261
Espagnes : p. 268
Grèce : p. 275
Asie Mineure : p. 276
Provinces orientales : p. 281
Provinces danubiennes et illyriennes : p. 283
Afrique : p. 310
Gaules, Germanies, Bretagne : p. 334

Annexes
Répertoire des fonctions : p. 348
Répertoire des services financiers et fiscaux attestés par les inscriptions du catalogue : p. 353
Les personnels et la gestion des entrepôts impériaux dans le monde romain : p. 357

Tributa
Deux questions sur la fiscalité provinciale d'après Cicéron (Ver., 3.12) : p. 381
Verrès et le “blé réquisitionné” des Siciliens : p. 393
Remarques sur les tributa dans les provinces nord-occidentales du Haut-Empire romain (Bretagne, Gaules, Germanies) : p. 409
es rapports fiscaux entre les cités et le pouvoir impérial dans l'Empire romain : le rôle des assemblées provinciales(à propos d'une dédicace de Tarragone, CIL, II, 4248) : p. 425
Tributum et stipendium. La politique fiscale de l'empereur romain : p. 439
Les catégories du vocabulaire de la fiscalité dans le monde romain : p. 453
L'impôt provincial dans l‘Occident romainà travers l'exemple de l'Aquitaine et de l'Hispanie septentrionale : p. 479
Financer l'Empire : Agrippa, Mécène et Cassius Dion : p. 515

Privata
L'inscription du monument d'Igel (CIL, XIII, 4206) : p. 531
Les monuments funéraires et le “capitalisme” des élites trévires : p. 543
Une liste comptable sur plomb découverte à Bordeaux (avec L. Maurin) : p. 567

Abréviations : p. 587

Références bibliographiques : p. 589

Index des sources : p. 625

 

 

Source : Ausonius éditions

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification