J. R. Dodson et D. E. Briones, Paul and Seneca in Dialogue

4001578.jpg

Joseph R. Dodson et David E. Briones (éd.), Paul and Seneca in Dialogue, Leyde-Boston, 2017.

Éditeur : Brill
Collection : Ancient philosophy & religion
xviii, 340 pages
ISBN : 9789004341357
138 €

 

Paul and Seneca in Dialogue assembles an international group of scholars to compare the philosophical and theological strands in Paul and Seneca's writings, placing them in dialogue with one another. Arguably, no other first-century, non-Christian writer's thoughts resemble Paul's as closely as Seneca's, and scholars have often found value in comparing Pauline concepts with Seneca's writings. Nevertheless, apart from the occasional article, broad comparison, or cross-reference, an in-depth critical comparison of these writers has not been attempted for over fifty years – since Sevenster's monograph of 1961. In the light of the vast amount of research offering new perspectives on both Paul and Seneca since the early 1960s, this new comparison of the two writers is long overdue.

Lire la suite...
 

L. Borgies, Le conflit propagandiste entre Octavien et Marc Antoine

9789042934597-300x450.gif

Loïc Borgies, Le conflit propagandiste entre Octavien et Marc Antoine. De l'usage politique de la uituperatio entre 44 et 30 a. C. n., Bruxelles, 2016.

Éditeur : Latomus, 357
518 pages
ISBN : 978-90-429-3459-7
74 euros

En se criblant mutuellement d'origines obscures et dégradantes, de cruauté, de lâcheté, d'incompétence oratoire et littéraire, de débauches, de luxure, d'ivrognerie et autres traits infamants, Octavien et Marc Antoine, entre 44 et 30 a. C. n., tentèrent de démolir systématiquement l'image de leur adversaire politique respectif auprès de divers publics. Or, le rôle joué par ces invectives n'a pas encore suffisamment retenu l'attention de la recherche, ce qui est d'autant plus regrettable que le genre rhétorique de la uituperatio se prête à merveille à une utilisation critique du concept de propagande et remet en question la primauté généralement accordée aux émissions monétaires et à la poésie. Par sa structure tripartite, ce livre offre, pour la première fois, une vue globale de la uituperatio de cette période, analysée tour à tour selon les thèmes rhétoriques des invectives, les publics auxquels elle s'adresse, et les formes et les supports par lesquels elle est véhiculée. Il démontre que, par sa virulence et la vigueur de son expression, la uituperatio ne devient pas seulement une arme de guerre, mais préfigure aussi les fondements idéologiques du Principat augustéen.

Source : Peeters.

 

A. Alvar Nuño, Los usos de la magia entre los esclavos en el Imperio romano

ista_alvar_cadenas_invisibles_cover.jpg

Antón Alvar Nuño, Los usos de la magia entre los esclavos en el Imperio romano, Besançon, 2017.

Éditeur : Presses Universitaires de Franche-Comté
Collection : Institut des sciences et techniques de l'Antiquité
224 pages
ISBN : 978-2-84867-585-5
20 €

 

Cet ouvrage s'attache à comprendre le rôle et les usages de la magie au quotidien par les esclaves dans le monde romain antique. Le livre porte une attention particulière à l'usage, positif et/ou négatif, de la magie dans les relations interpersonnelles. L'ouvrage s'appuie sur une lecture méthodologique des textes magiques qui tient compte des apports de diverses disciplines des sciences humaines dont la sociologie, l'anthropologie, les sciences des religions. Cette lecture permet de déconstruire les usages de la magie et montrer que les utilisateurs ne pensaient pas être dans une pratique hétérodoxe mais respecter leur foi religieuse par d'autres moyens. Pour les esclaves, c'étaient aussi le moyen d'intégrer le monde du religieux des maîtres dont ils étaient exclus.

Lire la suite...
 

J. France, Finances publiques, intérêts privés dans le monde romain

9782356131812.jpg

Jérôme France, Finances publiques, intérêts privés dans le monde romain, Bordeaux, 2017.

Éditeur : Ausonius Éditions
Collection : Scripta antiqua
648 pages
ISBN : 9782356131812
30 €

Cet ouvrage rassemble plus de vingt articles écrits par un spécialiste de la fiscalité romaine, auxquels s'ajoute le texte inédit de son mémoire d'habilitation consacré aux personnels de l'administration financière de l'empire romain. S'adressant à tous ceux qu'intéresse l'histoire de cette construction hégémonique qu'on a souvent présentée comme un modèle de rapacité, ce recueil n'offre pas seulement une immersion dans le monde peu populaire des publicains et des percepteurs d'impôt. En s'efforçant de dépasser les clichés hérités des Anciens eux-mêmes, il propose un regard approfondi et nuancé sur des domaines variés où se croisaient à la fois la sphère des prélèvements d'État et la structure ramifiée de leur appareil de gestion, les partenaires privés, qui profitaient des opportunités offertes par l'affermage des revenus publics, et l'ensemble des populations provinciales, enfin, que le pouvoir romain soumettait à sa demande fiscale tout en présentant le paiement régulier de l'impôt comme la condition de la sécurité qu'il leur garantissait en retour – et qui n'était autre que la fameuse “paix romaine”. Au fond, une question traverse ces pages : l'administration romaine n'était-elle qu'une entreprise sophistiquée de racket impérial ou bien concourait-elle à une forme originale d'association du centre et des périphéries ?

Lire la suite...
 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification


Colloques à venir

Séminaires à venir

No current events.