Guillaume de Moerbeke, Geomantia. I-IV,4

geomantia.png

Guillaume de Moerbeke, Geomantia. I-IV,4, Florence, 2021.

Éditeur : Sismel - Edizioni del Galluzzo
Collection : Corpus Philosophorum Medii Aevi. Testi e Studi, 26
CX-154 pages
ISBN : 978-88-8450-971-0
46 €

Il volume offre la prima edizione critica di un trattato geomantico medievale: la prima parte (I-IV,4) della Geomantia di Guglielmo di Moerbeke. Il testo è qui presentato secondo la recensione del codice di Kassel, 4° Ms. astron. 16 collazionata con il manoscritto di Wolfenbüttel, 76. 1 Aug. 2°. L'edizione è preceduta da una introduzione della curatrice, Elisa Rubino, e da uno studio storico-critico di Alessandra Beccarisi.

 

Source : SISMEL - Edizioni del Galluzzo

 

J.-C. Decourt et G. Lucas, Lyon dans les textes grecs et latins

decourt.jpg

Jean-Claude Decourt et Gérard Lucas, Lyon dans les textes grecs et latins. La géographie et l'histoire de Lugdunum, de la fondation de la colonie à l'occupation burgonde (43 avant - 460 après J.-C.). Nouvelle édition augmentée, Lyon, 2021.

Éditeur : MOM Éditions
Collection : Histoire & Épigraphie, 2
360 pages
ISBN : 978-2-35668-072-3
50 €


Un jour de 43 avant J.-C., L. Munatius Plancus, ancien lieutenant de César mêlé aux intrigues des guerres civiles, vient avec ses vétérans fonder la colonie romaine de Lugdunum, sur une colline au-dessus du confluent de la Saône et du Rhône. Aux alentours de 460, les Burgondes chassent définitivement le pouvoir romain et font de Lugdunum une de leurs capitales. À plusieurs reprises au cours de ces cinq siècles, l'histoire de Lyon rencontre l'Histoire tout court, celle de l'Empire romain. Des empereurs naissent à Lyon?; un autre y aurait été proclamé?; plusieurs y meurent tragiquement. Une ville gauloise, romaine, orientale aussi, se bâtit, brûle, se défend, subit le pillage. Des populations venues du plus loin de l'Empire (soldats, fonctionnaires, commerçants, médecins, hommes libres, affranchis ou esclaves) y passent, s'y installent, se mêlent ou s'affrontent, avec leurs langues, leurs coutumes et leurs croyances.

Lire la suite...
 

J.-P. Rothschild et C. Heid (dir.), La bibliothèque de l'abbaye de Clairvaux du XIIe au XVIIIe siècle. II, Les manuscrits conservés, 3

clairvaux.jpg

Jean-Pierre Rothschild et Caroline Heid (dir.), La bibliothèque de l'abbaye de Clairvaux du XIIe au XVIIIe siècle. II, Les manuscrits conservés. Troisième partie, Sermons et instruments pour la prédication : Manuscrits des cotes O, P, Q, Paris, 2021.

Éditeur : CNRS éditions
Collection : Documents, études et répertoires - Institut de recherche et d'histoire des textes, 91
502 pages
ISBN : 978-2-271-13787-6
120 €


La bibliothèque de l'abbaye de Clairvaux fut un centre de première importance de la vie spirituelle et intellectuelle en France et en Europe au Moyen Âge. André Vernet en a édité les anciens catalogues en 1979, dans cette même collection « DER », et ses collaborateurs de la section de codicologie de l'IRHT, Jean-Paul Bouhot et le regretté Jean-François Genest, y ont publié en 1997 les notices descriptives de plus de la moitié (manuscrits bibliques, patristiques et théologiques) des mille et quelque manuscrits subsistants du catalogue de 1472. Le travail a été repris dans la section latine de l'IRHT il y a quelques années, la nature des manuscrits restant à décrire (où les recueils de pièces multiples sont nombreux : florilèges, sermonnaires, collections hagiographiques, livres liturgiques) et les moyens nouveaux d'identification détaillée imposant un autre format de notices. Le présent volume est ainsi le premier publié de quatre qui couvriront, selon l'ordre des cotes du catalogue de 1472, des manuscrits de sermons (volume en préparation), d'autres recueils de sermons, des instruments pour la pastorale et des textes de théologie scolaire, de dévotion, d'histoire sainte, d'histoire profane et d'hagiographie (ce volume), le droit, les sciences et les lettres (en préparation), la liturgie (en préparation). Ce volume qui décrit 142 manuscrits de contenu très varié a été l'occasion d'un nombre élevé de découvertes de copies inconnues de divers textes. Mais le projet vise aussi à décrire et à comprendre le fonds en tant qu'ensemble, partiellement comme le produit du travail d'un scriptorium ou d'un petit nombre d'ateliers, et dans sa totalité comme bibliothèque organisée et vivante du XIIe au XVIIIe siècle.

 

Source : IRHT

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification