Appels à contribution

Dans les yeux des Anciens

Envoyer Imprimer

Dans les yeux des Anciens

Colloque international des jeudi 11 et vendredi 12 juin 2020

Appel à contributions
Date limite : 15 octobre 2019

 

Le colloque sur l'œil dans les mondes anciens croise les problématiques développées par deux programmes de recherche du laboratoire Anhima, sur l'histoire et l'anthropologie du corps (« Corps en morceaux ») d'une part, sur celles des images et du regard (« Le spectaculaire : regard et pouvoir ») de l'autre.
L'œil, à la croisée de plusieurs domaines, a fait l'objet de nombreux travaux, qu'il s'agisse de la physiologie du regard et de l'aspect médical (Lambert 1994), des théories de la vision (Simon 2003), ou d'études se rattachant au domaine plus vaste des visual studies, initiées par les travaux de Jean-Pierre Vernant et Françoise Frontisi-Ducroux sur l'anthropologie du regard en Grèce ancienne ou ceux de Jas Elsner (Roman Eyes) sur le regard subjectif dans les images romaines.

Lire la suite...
 

L'Antiquité après l'Antiquité : un héritage en partage

Envoyer Imprimer

L'Antiquité après l'Antiquité : un héritage en partage

Colloque Anabases : 7-9 octobre 2020, Université Toulouse Jean Jaurès

Appel à contributions
Date limite : 31 décembre 2019

 

L'Antiquité, classique ou non, ne disparaît pas avec ce que l'on a coutume d'appeler « la fin du monde antique ». La Grèce et Rome, mais aussi, désormais, en raison de nombreux progrès dans la connaissance historique, la Mésopotamie, l'Égypte, l'Étrurie… constituent pour longtemps encore un legs culturel, politique et esthétique identifiable, fécond. En effet, nous Modernes continuons de le « recevoir », de le mettre en débat, de le repenser ou reformuler sur nos places publiques ou nos écrans, dans nos livres ou notre langue. Nous questionnons et nous représentons ce passé, dans un va-et-vient entre mise à distance et appropriation, et nous analysons ces mémoires diverses à partir d'une question simple qui est au cœur du présent colloque : qu'advient-il de l'Antiquité après l'Antiquité ?

Lire la suite...
 

Le IIIe siècle au XXIe siècle

Envoyer Imprimer

Le IIIe siècle au XXIe siècle

Université Le Havre Normandie et Université de Rouen Normandie, 11 et 12 mars 2020

Appel à contributions
Date limite : 30 septembre 2019



L'histoire de l'Empire romain au IIIe siècle – envisagé dans des bornes restreintes, entre 235 et 284, ou resitué dans une chronologie plus longue, des derniers Antonins à Constantin – n'a pas fini de susciter de nouvelles questions, qui imposent de mettre à jour les synthèses parues il y a déjà plus d'une décennie (notamment les travaux de Michel Christol et les volumes dirigés par Klaus-Peter Johne, Udo Hartmann et Thomas Gerhardt). La notion traditionnelle de « crise » se décline désormais au pluriel et avec des nuances, en fonction de la diversité des contextes, comme l'ont par exemple montré les contributions réunies dans le volume dirigé par Marie-Henriette Quet en 2006. Malgré tout, le modèle interprétatif d'une lente « transformation » du monde romain peine encore parfois à supplanter les anciens schémas, surtout dans la perspective d'une histoire politique et militaire incontestablement agitée.

Lire la suite...
 

Frontière·s, revue d'archéologie, histoire, histoire de l'art

Envoyer Imprimer

Frontière·s, revue d'archéologie, histoire, histoire de l'art

Appel en cours : « Imaginer la frontière »

Appel à contributions
Date limite : 20 décembre 2019

 

Présentation de la revue :
À ce jour, peu d'espaces dédiés à la réflexion épistémologique sont disponibles en Open Access dans les sciences de l'Antiquité et du Moyen Âge. C'est de ce constat que sont nés le laboratoire junior et la revue Frontière·s. Son objectif est de proposer à la communauté scientifique un support de publication rapide tout en garantissant la rigueur scientifique de l'évaluation par les pairs. Cette initiative est portée par de jeunes chercheurs de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, principal soutien du projet, en partenariat avec la Pépinière de revues de l'Université Jean Moulin (Lyon 3).
Dans les études menées sur les sociétés anciennes, la notion de frontière est bien souvent restreinte au sens de limite géopolitique. Pourtant, la polysémie du mot permet d'envisager une multitude de réflexions portant sur les modalités de séparation, concrètes ou abstraites, naturelles ou construites. C'est le sens de la revue Frontière·s : embrasser les différentes acceptions du mot frontière, en tant que limite, non seulement géophysique, étatique ou politique, mais aussi sociale, culturelle, symbolique, linguistique, métaphysique, etc. En d'autres termes, les contributions pourront interroger tous les éléments qui créent des séparations entre les individus au sein des sociétés antiques et médiévales.
Archéologues, historiens et historiens de l'art trouveront dans la revue un cadre pour appréhender la frontière comme objet transdisciplinaire. Celle-ci adoptera le format de synthèses semestrielles, articulées autour de grandes problématiques.

Lire la suite...
 

Origène au Liban

Envoyer Imprimer

Origène au Liban

L'interprétation des textes fondateurs : un enjeu pour le dialogue inter-religieux

Colloque à Beyrouth et Tyr, 23-25 mars 2020

Appel à contributions
Date limite : 31 août 2019


A l'initiative de Madame Kinda Marie Elias, (écrivain-journaliste, directrice générale de Musea Charisma), du Professeur Marek Cieslik (doyen de la Faculté des Sciences Religieuses, Université Saint-Joseph, Beyrouth), du Professeur Michel Fédou sj (Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris) et du Professeur Lorenzo Perrone (Alma Mater Studiorum - Universita di Bologna) une conférence sur «Origène au Liban» sera organisée à Beyrouth du 23 au 25 mars 2020.
Origène dans la XIVe Homélie sur Josué dit «s'être arrêté pour quelque temps dans la région de Sidon. D'autre part, selon une tradition qui remonte à Jérôme, Origène est mort et a été enterré à Tyr ; cette tradition justifierait déjà, à elle seule, le projet de lui consacrer un colloque sur la terre du Liban. Á cela s'ajoute une justification plus fondamentale : du fait même qu'Origène a été avant tout un lecteur et interprète des Écritures, son oeuvre est l'occasion de réfléchir sur la manière dont les diverses religions, spécialement celles qu'on a coutume d'appeler les “religions du livre”, se réfèrent à leurs textes fondateurs, et cette question est d'une importance toute particulière dans un pays pluri-culturel et pluri-religieux comme le Liban.

Lire la suite...
 
  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »


Page 1 sur 2

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification