Publications

M.-C. Isaïa, Fr. Bougard et A. Charansonnet (éd.), Lyon dans l’Europe carolingienne. Autour d’Agobard (816-840)

Envoyer Imprimer

lyon.jpg

Marie-Céline Isaïa, François Bougard et Alexis Charansonnet (éd.), Lyon dans l'Europe carolingienne. Autour d'Agobard (816-840), Turnhout, 2019.

Éditeur : Brepols
Collection : Haut Moyen Âge (HAMA 36)
382 pages
ISBN : 978-2-503-58235-1
80 €


Lyon, capitale des Burgondes (Ve-VIe siècles), avait été marginalisée au temps des royaumes mérovingiens de l'Entre-Seine-et-Rhin, et ses élites décimées par les pouvoirs francs (VIIe-VIIIIe siècles). La création d'un empire par Pépin le Bref puis Charlemagne a changé la donne. Dans une construction politique qui veut unir la Germanie à l'Italie, la Saxe à la Catalogne, Lyon retrouve une place centrale : porte de l'Espagne chrétienne, voie d'accès privilégiée à l'Italie lombarde dont Charlemagne a fait son premier objectif militaire, la ville devient la tête de pont de la présence franque dans le sud de l'Europe.
Le pouvoir carolingien cependant ne s'impose pas à Lyon seulement par la force, mais en y relevant le gouvernement épiscopal. Des évêques choisis par les empereurs pour leurs compétences intellectuelles sont placés à la tête de la cité. Leidrade et Agobard, Amalaire puis Amolon assurent le rayonnement durable de Lyon par l'excellence des écoles qu'ils fondent et qui attirent des clercs de l'Europe entière, ainsi que par la profusion des manuscrits qu'ils réunissent dans la bibliothèque cathédrale. L'intense activité culturelle lyonnaise du IXe siècle n'est pas corsetée par le soutien politique initial des Carolingiens. Au contraire, les clercs proposent des politiques alternatives au gouvernement des princes francs ; ils appellent à la création d'une Europe unifiée par le respect d'une loi unique et la renaissance d'un empire chrétien universel… Des propositions qui tiennent de l'idéalisme et du fondamentalisme biblique, et qui ne seront jamais suivies d'effet.

Lire la suite...
 

Y. Le Bohec, Lucullus, général et gastronome

Envoyer Imprimer

lucullus-yann_le_bohec.jpg

Yann Le Bohec, Lucullus, général et gastronome, Paris, 2019.

Éditeur : Tallandier
304 pages
ISBN : 9791021031524
19,90 €


« Ce soir, Lucullus dîne chez Lucullus » : cette citation est très connue. Et, pour cette raison, ce personnage est devenu l'exemple du parfait gastronome. D'ailleurs, son nom a été donné à des mets, à des restaurants, et même – on frémit de le rapporter – à de la nourriture industrielle.
Pourtant, celui que cache cette célébrité, à vrai dire méritée, reste un inconnu. Les historiens, à tort peu intéressés par ses talents trop multiples, ne l'ont pas étudié, si ce n'est dans des ouvrages de pure érudition et dans des publications anciennes.

Lire la suite...
 

E. Bispham et D. Miano (éd.), Gods and Goddesses in Ancient Italy

Envoyer Imprimer

Edward Bispham et Daniele Miano (éd.), Gods and Goddesses in Ancient Italy, Londres-New York, 2019.

Éditeur : Routledge
164 pages
ISBN : 9781138697553
120 £

This collection explores the multifaceted nature of the gods and goddesses worshipped in ancient Italy. It examines Italic, Etruscan, and Latin deities in context and in the material remains, and also in the Greco-Roman written record and later scholarship which drew on these texts.
Many deities were worshipped in ancient Italy by different individuals and communities, using different languages, at different sanctuaries, and for very different reasons. This multiplicity creates challenges for modern historians of antiquity at different levels. How do we cope with it? Can we reduce it to the conceptual unity necessary to provide a meaningful historical interpretation? To what extent can deities named in different languages be considered the equivalent of one another (e.g. Artemis and Diana)? How can we interpret the visual representations of deities that are not accompanied by written text? Can we reconstruct what these deities meant to their local worshippers although the overwhelming majority of our sources were written by Romans and Greeks? The contributors of this book, a group of ten scholars from the UK, Italy, France, and Poland, offer different perspectives on these problems, each concentrating on a particular god or goddess.
Gods and Goddesses in Ancient Italy offers an invaluable resource for anyone working on ancient Roman and Italian religion.

Lire la suite...
 

A. Biosca i Bas (éd.), La Descendentia regum Sicilie de Pau Rossell

Envoyer Imprimer

biosca.jpg

Antoni Biosca i Bas (éd.), La Descendentia regum Sicilie de Pau Rossell, Valence, 2019.

Éditeur : Publicacions Universitat València
Collection : Fonts Històriques Valencianes, 73
156 pages
ISBN : 978-84-9134-424-7
19,50 €

Edició crítica amb traducció anotada de la ‘Descendentia regum Sicilie', obra llatina del segle XV, encarregada pel rei Alfons el Magnànim al notari valencià Pau Rossell com a justificació de la conquesta de Nàpols i de la inclusió de la part continental del regne de Sicília sota el poder de la Corona d'Aragó. L'obra combina el gènere historiogràfic amb el diplomàtic i constitueix una defensa dels interessos del rei enfront dels seus enemics, principalment el papa i França.

 

Source : Publicacions Universitat València

 

Tertullianus, Mučedníkům

Envoyer Imprimer

tertullianus.jpg

Tertullianus, Mučedníkům. Úvod, překlad a poznámky Petr Kitzler, Prague, 2019.

Éditeur : OIKOYMENH
Collection : Edice Oikúmené. Málá řada, 24
58 pages
ISBN : 978-80-7298-372-8
98 Kč

Ve spise Mučedníkům se Tertullianus obrací na křesťany, kteří ve vězení očekávají mučednickou smrt, a snaží se je povzbudit, aby vytrvali ve svém odhodlání a nebáli se pro Boha zemřít. Pro tento jeho záměr se však zcela nehodila ani jedna z klasických literárních forem, které předepisovala antická tradice, tedy ani „útěcha“ (consolatio), ani „povzbuzení“ (exhortatio). Tertullianus proto obě formy smísil, podle starobylé rétorické tradice sahající až k Aristotelovi a detailně propracované Quintilianem je doplnil o „pohanská“ exempla, charakteristický motiv filosofické diatriby, a vytvořil tak žánr nový, specifický a křesťanský, jejž někteří badatelé neváhají počítat mezi nejpůsobivější díla svého druhu z celého starověkého křesťanství.

 

Source : OIKOYMENH

 

F. T. Sergent (éd.), A Companion to William of Saint-Thierry

Envoyer Imprimer

companion_william.jpg

F. Tyler Sergent (éd.), A Companion to William of Saint-Thierry, Leyde-Boston, 2019.

Éditeur : Brill
Collection : Brill's Companions to the Christian Tradition, 84
xi-250 pages
ISBN : 978-90-04-31355-2
165 €

A Companion to William of Saint-Thierry provides eight new studies on this noted twelfth-century Cistercian writer by some of the most prolific English-language William scholars from North America and Europe and is structured around William's life, thought, and influence.
A Benedictine abbot who became a Cistercian monk, William of Saint-Thierry (c. 1085-1148) lived through the first half of the twelfth century, a time of significant reform within western Christian monasticism. Although William was directly involved in these reforming efforts while at the Benedictine abbey of Saint-Thierry, his lasting legacy in Christian tradition comes through his written works, many as a Cistercian monk, that showcase his keen intellect, creative thinking, and at times profound insight for spiritual life and its fulfilment.

Lire la suite...
 

Philippe de Mézières, Oratio tragedica

Envoyer Imprimer

oratio-tragedica.jpg

Philippe de Mézières, Oratio tragedica. Édité et traduit par Joël Blanchard et Antoine Calvet, Genève, 2019.

Éditeur : Droz
Collection : Cahiers d'Humanisme et Renaissance 156
XLII - 566 pages
ISBN : 978-2-600-05947-3
51,70 €


L'Oratio tragedica est un texte de dévotion, inédit, composé par Philippe de Mézières (1327-1405), à l'époque où il rédige le Songe du Viel Pelerin (1389-1390). Cette véritable « dramaturgie de l'âme », écrite en latin, éclaire tous les visages du Chevalier, désormais retiré dans sa cellule du couvent des Célestins de Paris, mais qui ne saurait oublier qu'il fut le conseiller ou l'interlocuteur de six rois, de plusieurs papes et tant de princes… Un tel oubli nous serait interdit à nous aussi, qui prétendons approcher, dans sa complexité, ce quatorzième siècle traversé et comme illuminé par Mézières. Si l'Oratio s'inscrit dans la tradition médiévale des textes spirituels, elle révèle, jamais interrompue, la passion lancinante de délivrer les Lieux Saints et d'atteindre par là la double ambition de faire œuvre sainte d'écrivain et d'accomplir pleinement le service, le devoir du chrétien.
Première édition critique du texte latin, ainsi que première traduction française de l'Oratio tragedica, longtemps attendue.

 

Source : Droz

 


Page 1 sur 114

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification