Césaire d'Arles, Expositio de Apocalypsi sancti Iohannis

Envoyer Imprimer

Césaire d'Arles, Expositio de Apocalypsi sancti Iohannis, éd. Roger Gryson, Turnhout, 2019.

Éditeur : Brepols
Collection : Corpus Christianorum Series Latina (CCSL 105)
265 pages
ISBN : 978-2-503-58613-7
165 €


Edition des homélies sur l'Apocalypse de Césaire d'Arles
Tantôt anonymement, tantôt sous le nom d'Augustin est transmise une série de 18 ou 19 homélies sur l'Apocalypse, qui s'avère être en réalité l'œuvre de Césaire d'Arles. Les interpellations et les conclusions d'allure homilétique ne sont qu'un vêtement littéraire jeté sur un commentaire sommaire de l'Apocalypse, découpée en petites unités de sens, ce qui confère souvent à l'exposé l'allure d'une glose. Césaire y relit les commentaires de Victorin et de Tyconius à la lumière de la situation de l'Eglise dont il a la charge, confrontée à la fois à un pouvoir civil hostile et à une communauté chrétienne dont tous les membres ne brûlaient pas, loin s'en faut, d'une égale ferveur. Les homélies sont d'une aide précieuse dans la critique textuelle du commentaire de Victorin, car Césaire a encore eu entre les mains l'édition originale, et non la recension hiéronymienne, qui a rapidement supplanté celle-ci. Elles apportent aussi une pierre essentielle à la reconstruction du commentaire perdu de Tyconius. Enfin, elles jettent une vive lumière sur la situation pastorale de l'Eglise d'Arles dans la première moitié du sixième siècle.


Césaire, d'abord moine à Lérins, fut évêque de la métropole d'Arles de 507 à 542, à partir de laquelle il exerça une influence considérable sur l'ensemble des Eglises des Gaules.
Monseigneur Roger Gryson, professeur émérite à l'Université catholique de Louvain, ancien directeur du Vetus Latina Institut de Beuron, est connu notamment par ses travaux sur l'histoire des institutions ecclésiastiques dans l'antiquité, l'arianisme latin et la critique textuelle de la Bible latine. Il a édité entre autres les anciennes versions latines du livre d'Isaïe et l'Apocalypse johannique, ainsi que le commentaire de Jérôme sur Isaïe et la plupart des commentaires latins de l'Apocalypse antérieurs à l'époque carolingienne.

 

 

Source : Brepols

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification