Abel Souris et Jean Rose, Tragédies latines composées au collège de Navarre (Paris, 1557-1558)

Envoyer Imprimer

souris_rose_tragedies.jpg

Abel Souris et Jean Rose, Tragédies latines composées au collège de Navarre (Paris, 1557-1558). Traduction et édition critique par Éric Syssau, Paris, 2020.

Éditeur : Classiques Garnier
Collection : Bibliothèque du théâtre français
559 pages
ISBN : 978-2-406-09667-2
56 €

Des tragédies néo-latines composées dans les collèges français à l'aube de la renaissance de ce genre dramatique en langue vernaculaire (Abraham sacrifiant, 1550, Cléopâtre captive, 1553), on ne connaît souvent guère que l'allusion fameuse de Montaigne (Essais, I, 26), et les textes préservés par leur impression contemporaine : Julius Caesar de Marc-Antoine Muret (1552), Jephthes sive votum de George Buchanan (1554, 1557), ou encore Philanira, Petrus, Catharina et Aman de Claude Roillet (1556). Le présent volume se propose d'étoffer ce corpus en donnant accès à deux pièces à peine plus récentes (1557-1558), restées jusqu'à ce jour inédites. Ici, ni héroïne épique, reine d'Égypte ou imperator antique, ni saint, monarque ou prophète bibliques, mais des victimes tragiques surgies de l'actualité et de l'histoire du royaume. De sinistro fato Gallorum apud Veromanduos et occasu luctuoso fortissimi ducis Totovillei et comitis Anguiani, tragoedia [Le Destin contraire des Français en Vermandois et la chute affligeante du très vaillant duc d'Estouteville et comte d'Enghien, tragédie] (Bibl. nat. de France, ms lat. 8136) a été composée par un régent, Abel Souris, pour être jouée par des élèves de seconde à la rentrée d'octobre 1557 ; elle déplore la perte d'un jeune et brillant prince du sang, consécutive à la bataille de Saint-Quentin livrée le 10 août précédent. La Tragoedia quae inscribitur Chilpericus [Tragédie intitulée Chilpéric] (Bibl. mun. Chaumont, ms 3-I-5 k) est quant à elle due à Jean Rose, élève de quinze à seize ans étudiant en classe de première ou déjà de dialectique : elle adapte au théâtre, en guise d'entraînement et de loisir, le sort funeste de ce roi mérovingien, assassiné sur ordre de son épouse Frédégonde.

 

Source : Classiques Garnier

 

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification