Publications

I. David et N. Lhostis, Codes dramaturgiques et normes morales dans la Comédie Nouvelle de Ménandre et de Plaute

Envoyer Imprimer

Isabelle David et Nathalie Lhostis, Codes dramaturgiques et normes morales dans la Comédie Nouvelle de Ménandre et de Plaute, Paris, 2016.

Éditeur : De Boccard
Collection : Chorégie
136 pages
ISBN : 978-2-7018-0423-1
29 €

Le théâtre antique, qu'il s'agisse de la tragédie ou de la comédie, passe auprès des Anciens pour recéler un enseignement moral. La comédie pendant la période dite nouvelle, caractéristique de la représentation approbative des mœurs privées, de la peinture des conflits d'intérêts et du trouble des sentiments, alimente les anthologies des compilateurs à l'affût de leçons de sagesse. Elle mérite, à ce titre, une enquête spécifique que lui consacre l'ouvrage dirigé par Isabelle David et de Nathalie Lhostis, dont les contributions centrées sur le texte théâtral comme sur sa mise en scène, sur l'histoire des idées, la caractérologie et l'esthétique littéraire croisent les approches afin de faire du genre un cas d'étude cohérent.
Le degré de codification de la Comédie Nouvelle, tant grecque que romaine, ouvre une voie intéressante : entre les codes qui ont gouverné la production des œuvres de la p ériode nouvelle et les normes morales destinées à régler la société contemporaine, quel rapport peut-il exister ? Le poète confère-t-il à ces dernières la valeur de principe absolu ou les tient-il pour une prescription parmi d'autres, fruit de conventions a ccidentelles ? Et quel rôle attribuer au rire : la gravité inhérente à la morale peut-elle être soustraite à son pouvoir de remise en cause ? Telles sont les questions que pose un genre que nous ne lisons plus, aujourd'hui, avec cette confiance qu'ont placée les Anciens dans sa visée d'édification.

 

Source : De Boccard

 

Revue d'Etudes Augustiniennes et Patristiques 61/2, 2015

Envoyer Imprimer

reaug.jpg

Revue d'Études Augustiniennes et Patristiques 61/2, 2015 [parue en 2016].

Éditeur : Institut d'Études Augustiniennes
V+232 pages
ISBN : 978-2-85121-283-2
47,50 € excl. tax


Table of Contents

Martine Dulaey, L'histoire de David lue par les écrivains des premiers siècles chrétiens. (III) Heurs et malheurs d'un roi, p. 197
François Dolbeau, Le sermon 380 d'Augustin sur la relation entre Jean-Baptiste et le Christ. Édition critique, p. 239
Daniel Burns, Augustine on the Moral Significance of Human Law, p. 273
Jean-Pierre Laporte, Hippone : à la recherche de la basilique de saint Augustin, p. 299
Chronica Tertullianea et Cyprianea 2014, p. 325
Bulletin augustinien pour 2014/2015 et compléments d'années antérieures, p. 365


Source : Brepols

 

J. Martínez Gázquez, The Attitude of the Medieval Latin Translators Towards the Arabic Sciences

Envoyer Imprimer

ml75.jpg

José Martínez Gázquez, The Attitude of the Medieval Latin Translators Towards the Arabic Sciences, Florence, 2016.

Éditeur : Sismel - Edizioni del Galluzzo
Collection : Micrologus' Library, 75
X-214 pages
ISBN : 978-88-8450-694-8
48 €

The prefaces to many translations of texts from Arabic into Latin or even into Castilian reflect many of their authors' opinions. The translators focussed on some important areas of knowledge: in religion, on apologetics and controversy connected with the study of Islamic doctrine and the life and work of the prophet Muhammad; and in philosophy and science. This anthology offers a rich series of medieval scholarly testimonies on the persistence of Islam in Spain and in particular in Toledo. Texts are provided both in their original Latin or Castilian and also in English translation.


Source : SISMEL - Edizioni del Galluzzo

 

A. Rodolfi, Cognitio obumbrata. Lo statuto epistemologico della profezia nel secolo XIII

Envoyer Imprimer

rodolfi.jpg

Anna Rodolfi, Cognitio obumbrata. Lo statuto epistemologico della profezia nel secolo XIII, Florence, 2016.

Éditeur : Sismel - Edizioni del Galluzzo
Collection : Micrologus' Library, 74
VIII-216 pages
ISBN : 978-88-8450-689-4
40 €

Nel XIII secolo la profetologia di lingua latina conobbe una grande fioritura. Il problema della conoscenza profetica fu posto al centro del dibattito teologico e filosofico: cosa succede nella mente del profeta quando accoglie i contenuti del messaggio profetico? Qual è il rapporto tra profezia e conoscenza ordinaria? Da Guglielmo d'Auxerre a Tommaso d'Aquino (e oltre), si sviluppò lungo tutto il secolo un vivace dibattito, di cui il presente volume tenta di fornire un'analisi complessiva.


Source : SISMEL - Edizioni del Galluzzo

 

Raymond Lulle, Livre de Contemplation

Envoyer Imprimer

16129.jpg

Raymond Lulle, Livre de Contemplation, Paris, 2016.

Éditeur : Schola Lvlliana
Collection : Encyclopédies du Moyen Age
641 pages
ISBN : 9791092840087
185 Euros

Né à Majorque vers 1232, RAYMOND LULLE mourut en mer, pour amour de Dieu, en 1316. Il y a 700 cent ans depuis son martyre. Pour rendre hommage à l'effigie fantastique du Doctor Illuminatus, le traducteur Constantin TELEANU propose intégralement aux lecteurs enamourés de l'Art de Lulle la première traduction française du Libre de Contemplació du Bienheureux. Le chef-d'oeuvre de Lulle s'ouvre à l'oeil du lecteur par le rayonnement de la contemplation en Dieu qui enrichit abondamment la beauté spirituelle d'une oeuvre énorme. Le travail laborieux du traducteur reste fidèle à l'esprit du parler vernaculaire de Lulle pour redécouvrir son authenticité au moyen des meilleures transpositions françaises. Il répond bien à l'attrait intime de Lulle de faire traduire son meilleur Art à l'usage de tout contemplateur. La traduction française relance une tradition initiée par Lulle qui s'efforçait de traduire -premièrement en catalan et ensuite en latin- cette inestimable encyclopédie contemplative.

 

Source : http://www.bookelis.com/sciences-humaines/23052-LIVRE-DE-CONTEMPLATION.html

 

K. Shuve, The Song of Songs and the Fashioning of Identity in Early Latin Christianity

Envoyer Imprimer

shuve.jpg

Karl Shuve, The Song of Songs and the Fashioning of Identity in Early Latin Christianity, Oxford, 2016.

Éditeur : Oxford University Press
Collection : Oxford Early Christian Studies
XIX-236 pages
ISBN : 978-0-19-876644-5
£ 65.00

In this work, Karl Shuve provides a new account of how the Song of Songs became one of the most popular biblical texts in medieval Western Christianity, through a close and detailed study of its interpretation by late antique Latin theologians. It has often been presumed that early Latin writers exercised little influence on the medieval interpretation of the poem, since there are so few extant commentaries from the period. But this is to overlook the hundreds of citations of and allusions to the Song in the writings of influential figures such as Cyprian, Ambrose, Jerome, and Augustine as well as the lesser-known theologian Gregory of Elvira. Through a comprehensive analysis of these citations and allusions, Shuve argues that contrary to the expectations of many modern scholars, the Song of Songs was not a problematic text for early Christian theologians, but was a resource that they mined as they debated the nature of the church and of the virtuous life. The first part of the volume considers the use of the Song in the churches of Roman Africa and Spain, where bishops and theologians focused on images of enclosure and purity invoked in the poem. In the second part, the focus is late fourth-century Italy, where a new ascetic interpretation, concerned particularly with women's piety, began to emerge. This erotic poem gradually became embedded in the discursive traditions of Latin Late Antiquity, which were bequeathed to the Christian communities of early medieval Europe.

Lire la suite...
 

J.-Ph. Guez et D. Kasprzyk, Penser la prose dans le monde gréco-romain

Envoyer Imprimer

1461058913.jpg

Jean-Philippe Guez et Dimitri Kasprzyk (dir.), Penser la prose dans le monde gréco-romain, Rennes, 2016.

Éditeur : Presses Universitaires de Rennes
Collection : La Licorne
194 pages
ISBN : 978-2-7535-4783-4
18 €

Vers le début de notre ère en particulier, dans le paysage littéraire du monde gréco-romain, les formes de prose ont occupé une position dominante et investi toutes les fonctions jadis réservées à la poésie : divertir, séduire, inventer des mondes imaginaires. Pourtant, les prosateurs n'ont cessé d'affirmer l'identité de la prose et d'exiger d'elle, alors même que la poésie devenait son modèle secret, qu'elle reste fidèle, d'une manière ou d'une autre, à son programme originel.

Avec des études de Michèle Biraud, Pierre Chiron, Jean-Pierre De Giorgio, Fernand Delarue, Jean-Philippe Guez, Jean-Baptiste Guillaumin, Dimitri Kasprzyk, Estelle Oudot et Évelyne Prioux.

 

Source : Presses universitaires de Rennes

 


Page 85 sur 121

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification