Publications

P. Morantin, Lire Homère à la Renaissance. Philologie humaniste et tradition grecque

Envoyer Imprimer

20934208_1503708619686422_79644942653289289_o.jpg

Patrick Morantin, Lire Homère à la Renaissance. Philologie humaniste et tradition grecque, Genève, 2017.

Éditeur : Librairie Droz
Collection : Travaux d'Humanisme et Renaissance
407 pages ; 1016 pages avec les annexes (contenues dans le PDF vendu sur le site de la Librairie Droz) pages
ISBN : 9782600119115
Livre broché : 98.00€ TTC ; PDF : 78.40€ TTC ; livre broché + PDF : 117.60€ TTC

A partir de l'examen des annotations apposées par les humanistes Vettor Fausto et Guillaume Budé sur leur exemplaire personnel de l'editio princeps d'Homère, l'ouvrage s'attache à comprendre le mode de lecture et la démarche philologique des deux humanistes. Considérant qu'une certaine philosophie de l'histoire, marquée par l'idée de progrès et par l'historicisme, biaise notre compréhension du travail philologique des humanistes, la recherche se propose de sortir de toute démarche évolutionniste et de renverser la perspective historique en prenant pour point de comparaison la démarche de la philologie antique, en particulier celle des érudits de l'époque hellénistique : l'empeiria (la « connaissance empirique ») alexandrine. L'étude montre ainsi que le travail philologique de Vettor Fausto et de Guillaume Budé participe de la redécouverte de la philologie antique, d'une lecture « grammaticale » qui conduit les deux humanistes à constituer, selon le modèle de l'empeiria alexandrine et conformément aux composantes de la grammatike, un livre personnel qui se rapproche de l'ekdosis des érudits alexandrins.
L'ouvrage offre un nouveau regard sur la valeur de la philologie humaniste, grâce notamment à l'apport de la philosophie herméneutique. Il conclut que le modèle interprétatif sous-jacent à la critique de la philologie humaniste relève d'un paradigme qu'il convient de mettre en cause afin de pouvoir mieux comprendre la lecture et la réception d'un auteur tel qu'Homère à la Renaissance.
Le corpus des annotations transcrites et analysées (un millier de notes), issues en grande partie du plus fameux manuscrit de l'Iliade,le Venetus A, et d'une source inconnue qui lui est rivale, est proposé en annexe, dans le PDF vendu sur le site de la Librairie Droz.


Source : Librairie Droz

 

P.-G. Delage (éd.), Grégoire de Nazianze - Le passeur de monde

Envoyer Imprimer

pjp_ix_-_grgoire_de_nazianze.jpg

Pascal-Grégoire Delage (éd.), Grégoire de Nazianze - Le passeur de monde, Saintes, 2017.

Éditeur : CaritasPatrum
Collection : Petite Journée de Patristique
162 p. pages
ISBN : 979-10-95732-02-0
16 €

Grégoire de Nazianze est probablement avec Augustin celui des Pères que nous connaissons le mieux « de l'intérieur ». Car, s'il ne nous a pas laissé à proprement parler de « Confessions » comme Augustin, l'homme et le spirituel sont bien là, tout entiers, dans sa correspondance, l'une des plus importantes que nous ait léguée l'Antiquité, tout comme dans ses poèmes autobiographiques ou moraux.
Derrière le verbe ciselé et l'expression hautement maîtrisée, nous rencontrons un homme profondément humain, laissant court à l'expression de sentiments très personnels comme la déception ou la désillusion quant à la vérité de l'amitié, la profondeur du combat théologique ou même les ambitions de certains prélats qu'il n'hésite pas à traiter « d'épiciers de la foi » ou de « faussaires d'impôts »… Ne nous y trompons pas. Ce mal d'insatisfaction qui le fit par deux fois renoncer à un siège épiscopal (d'abord d'une toute petite bourgade de Cappadoce, Sasimes, où il n'est jamais allé, puis du prestigieux siège de Constantinople en 381) n'est que la trace en creux de quelque chose de bien plus fort, comme de cet absolu de sa passion pour le Verbe divin.
Prêtre du Logos, Grégoire se sentira parfois dépassé, incapable de guider ses frères dans la contemplation de ce Mystère si ancien et si nouveau même si sa prédication à la veille du concile de Constantinople en 381 s'avéra décisive pour le triomphe de l'orthodoxie et lui vaudra la fière épithète de « Grégoire le Théologien »… Ce sera alors le temps de la retraite et du silence mais pour une fécondité dont nous vivons encore, l'enfantement de la culture antique au Christ-Logos. C'est à la rencontre de cette prodigieuse et déconcertante personnalité que nous a conviés cette dernière Petite Journée de Patristique consacrée à Grégoire de Nazianze.

Lire la suite...
 

F. Schnoor, Das lateinische Tierlobgedicht in Spätantike, Mittelalter und Früher Neuzeit

Envoyer Imprimer

schnoor.jpg

Franziska Schnoor, Das lateinische Tierlobgedicht in Spätantike, Mittelalter und Früher Neuzeit, Berne, 2017.

Éditeur : Peter Lang
Collection : Lateinische Sprache und Literatur des Mittelalters, 52
X-465 pages
ISBN : 9783034329323
89 €

Das lateinische Tierlobgedicht, eine poetische Untergattung des Enkomiums, ist in der Forschung bislang kaum beachtet worden. Die vorliegende Arbeit will diese Forschungslücke schließen. Sie schlägt einen weiten Bogen von den einflussreichen antiken Vorbildern aus der Feder von Catull und Ovid bis zur neulateinischen Dichtung im 17. Jahrhundert und präsentiert damit ein Textkorpus, das so vielgestaltig ist wie die Tierwelt selbst.
Im Mittelpunkt der Arbeit stehen die am häufigsten gepriesenen Tiere: die Nachtigall sowie Vögel im Allgemeinen, der Hund und das Pferd. Als Vertreter für Exoten wird der Elefant vorgestellt, und mit dem Floh kommt ein Tier zur Sprache, das vor allem Gegenstand von ironischem Lob ist. Neben den typischen Eigenschaften der Tiere werden die poetischen Mittel des Tierlobs und das intertextuelle Beziehungsnetz der Gedichte analysiert.
Die zahlreichen Berührungspunkte des Tierlobgedichts mit anderen poetischen Gattungen sowie seine sozio-funktionalen Aspekte werden ebenfalls betrachtet. Insgesamt zeigt sich, dass unter der Oberflächenschicht des Tierlobs meist eine Tiefenschicht verborgen ist, in der es um das menschliche Miteinander geht.

 

Source : Peter Lang

 

A.-I. Bouton-Touboulic (éd.), L'amour de la justice, de la Septante à Thomas d'Aquin

Envoyer Imprimer

Anne-Isabelle Bouton-Touboulic (éd.), L'amour de la justice, de la Septante à Thomas d'Aquin, Bordeaux, 2017.

Éditeur : Ausonius Éditions
Collection : Scripta Antiqua
373 pages
ISBN : 1298-1990
25 €

Ce volume rassemble vingt-deux contributions consacrées aux représentations antiques et médiévales de la justice, de la Septante à Thomas d'Aquin, soit pour l'essentiel du IIIe siècle a.C. au XIIIe s. p.C.. Il examine comment les auteurs chrétiens de l'Antiquité, apportant avec eux les acceptions bibliques de la “justice”, ont modifié les cadres conceptuels et les pratiques socio-politiques attachés à l'idée de justice. On y explore sur une période longue l'évolution des différentes facettes de cette notion, entendue à la fois comme vertu individuelle et idéal éthique, mais aussi comme valeur politique, incarnée dans des lois, des règles et des institutions. Pour mesurer l'apport en ce domaine de la littérature chrétienne – considérée ici de Tertullien à Ferrand de Carthage –, on interroge d'abord ses sources bibliques et antiques sur cette question, puis sa postérité médiévale. Dans quelle mesure cette tradition de pensée témoigne-t-elle d'un renouvellement des perceptions de la justice, divine tout autant qu'humaine, et de l'injustice ? Quelles marques a-t-elle à son tour laissées sur les représentations de la justice dans le monde médiéval, qu'elle s'exprime dans des traités, ou dans la littérature de fiction ?
Ce volume est au confluent des sciences de l'Antiquité, des études bibliques et de la patristique, de la littérature et de la philosophie médiévales.

Lire la suite...
 

G. Sarti, Un libro ravennate di spiritualità monastica dell'inizio del secolo VIII

Envoyer Imprimer

sarti.png

Gabriele Sarti, Un libro ravennate di spiritualità monastica dell'inizio del secolo VIII nell'Archivio Storico Diocesano di Ravenna-Cervia, Ravenne, 2017.

Éditeur : Longo Editore
Collection : Le Tessere, 22
222 pages
ISBN : 978-88-8063-967-1
28 €


Presentazione di Lorenzo Ghizzoni, Arcivescovo Metropolita di Ravenna - Cervia
Preambolo di Giuseppe Rabotti

Raffaele Savigni
Tradizione monastica e cultura a Ravenna tra VII e Vili secolo

Gabriele Sarti
Abbreviazioni bibliografiche, sigle e simboli
1. Le Vìtas patrum e la traduzione latina di Pelagio e Giovanni (PJ)
2. Il manoscritto 4 dell'Archivio Arcivescovile di Ravenna
3. Trascrizione del testo
4. Traduzione del testo
5. Commento ortografico-linguistico
(Quasi una) conclusione

Lire la suite...
 

F. Lubian, Disticha Sancti Ambrosii

Envoyer Imprimer

cclp_10.jpg

Francesco Lubian, Disticha Sancti Ambrosii. Introduzione, testo criticamente riveduto, traduzione e commento, Turnhout, 2017.

Éditeur : Brepols
Collection : Corpus Christianorum. Lingua Patrum 10
264 pages
ISBN : 978-2-503-57124-9
110 €

This book represents the first monographic work dedicated to the Disticha attributed to Ambrose of Milan, a cycle of twenty-one hexametrical distichs whose aim is the description and explanation of pictured narratives from the Old and the New Testament. After an introduction which enlightens all aspects of the epigrammatic cycle (transmission, paternity, debts towards previous Latin poetry, Fortleben, hypothesis of reconstruction), the author provides a revised text, a new Italian translation, and a detailed philological, textual, exegetical and iconographic commentary to the Disticha.

Lire la suite...
 

Thomas d’Aquin, Les substances séparées

Envoyer Imprimer

thomas.jpg

Thomas d'Aquin, Les substances séparées. Traduit et commenté par Nicolas Blanc, Paris, 2017.

Éditeur : Les Belles Lettres
Collection : Sagesses médiévales, 18
150 pages
ISBN : 9782251446882
23 €


Le traité Sur les substances séparées, bien que resté inachevé, n'en est pas moins l'un des chefs d'œuvre de Thomas d'Aquin. Dans cet écrit de maturité composé à Paris ou à Naples dans la seconde moitié de 1271, l'auteur aborde les questions de l'origine, de la nature, du statut et du rôle des créatures spirituelles que la tradition biblique, distinguant les bons des mauvais, appelle anges et démons. Adoptant une perspective aussi bien philosophique que théologique, il se confronte tout d'abord aux diverses opinions antiques sur le sujet, depuis les présocratiques jusqu'aux philosophes de langue arabe, en passant par Platon, Aristote, les penseurs médio et néo platoniciens, avant de reprendre dans un deuxième temps les mêmes questionnements à la lumière de la doctrine chrétienne (Bible et Pères de l'Église). Les problèmes, abordés de façon à la fois historique et systématique, couvrent des thématiques d'une grande richesse et complexité, telles l'hylémorphisme universel d'Avicébron et la théorie émanatiste d'Avicenne, la connaissance divine des singuliers ou encore la présence du mal dans les anges. Devant la démultiplication des médiations philosophiquement posées entre Dieu et le monde sublunaire (moteurs célestes, Idées, hénades, âmes des sphères), Thomas d'Aquin cherche à établir le caractère immédiat et universel de la causalité divine créatrice, tout en soulignant la consistance des substances séparées dans leur ordre propre.

Lire la suite...
 


Page 4 sur 92

Inscription à la lettre d'informations



Recevoir du HTML ?

Identification